Le Mauricien

Le Mauricien – 21.10.2011


Le Mauricien – 22.05.2010

“Que les parents ne défassent pas votre travail “

” Faites attention à ce que les parents ne défassent pas ce que vous faites faire aux enfants “, à déclaré le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, aux organisateurs de l’exposition itinérante Tous parents, lors de son ouverture au Mauritius Institute of Education (MIE), à Réduit, hier. C’était en présence du Prix Nobel de littérature 2008, Jean-Marie Leclézio, et d’Issa Asgarally, tous deux membres fondateurs de la Fondation pour l’Interculturel et la Paix, initiatrice du projet d’exposition.

Vasant Bunwaree a toutefois ajouté qu’il a été prouvé que dans certaines situations, ce sont les enfants qui font l’éducation des parents. Tel a été le cas pour la campagne de prévention de la grippe H1N1. Félicitant la Fondation pour l’Interculturel et la Paix de son initiative, M. Bunwaree a affirmé qu’au ministère de tutelle comme au gouvernement, ” nous sommes très conscients du caractère multi-ethnique de notre population scolaire, en particulier de son énorme défi “. ” Le principe de l’interculturel est une composante essentielle et inévitable au cœur de notre politique éducative. Notre politique interculturelle dépasse largement cette politique multiculturelle, désormais dépassée “, poursuit-il.

Le ministère, dit Vasant Bunwaree, encourage la valorisation d’” un terrain d’entente avec des aspirations différentes mais partagées par toutes les communautés “. La politique éducative, dit-il, doit se donner comme objectif la recherche d’un équilibre et d’un respect entre les différences, qu’elles soient culturelles, linguistiques ou religieuses.

Le ministre a tenu à remercier Jean-Marie Leclézio de se dévouer à la cause de l’interculturel au sein de l’éducation mauricienne. Ce dernier devait, dans un langage imagé, en improvisant une histoire, faire comprendre le concept de l’interculturel aux enfants présents hier. Pour JMG Leclézio, la différence de couleur de peau n’est pas importante : ” Ce qui est important, c’est d’appartenir à la grande famille de l’humanité “, dit-il. Évoquant l’histoire des livres, qui constitue un des dix panneaux de l’exposition, l’écrivain a parlé de son importance en tant qu’outil d’accès au savoir.

Issa Asgarally devait aussi évoquer les liens qui unissent l’espèce humaine. Selon lui, les enfants doivent s’approprier également les deux sites du patrimoine national devenus mondiaux, l’Aapravasi Ghat et Le Morne, pour s’identifier à leur origine. Pour lui, il ne faut pas que ce qui s’est produit en 1968 et 1999 se reproduise, que la société explose ou implose. Et d’observer que ” l’interculturel est un des grands défis du nouveau millénaire “.

La cérémonie d’hier a pris fin avec une distribution de livres aux enfants et une visite guidée de l’exposition à leur intention par Jean-Marie Leclézio.


Le Mauricien – 04.12.09