L’Express

L’Express – 09.12.2012


L’Express – 21.10.2011


L’Express – 13.11.2009

Jean Marie Le Clézio en visite

Un Prix Nobel de littérature s’en va défendre les causes de l’interculturel. C’est là l’objectif de la présente visite de Jean Marie Le Clézio. Il lançait hier, la Fondation pour l’interculturel et la paix, aux côtés du linguiste Issa Asgarally. Objectifs de la fondation : « Promouvoir les cultures du monde » ainsi que la promotion à travers des échanges interculturels, la paix entre les nations. C’est en ces termes que l’auteur a brièvement présenté le but de la fondation. Avant de confier cet instant d’émotion, ressenti il y a quelques jours, lors d’une visite à une famille de pêcheurs. Occasion d’une rencontre marquante avec Jessica, huit ans. Une enfant pauvre mais brillante, avec ses « trois A » . « Elle a besoin d’aide. La fondation doit trouver les moyens de mettre en place des aides scolaires, note Jean Marie Le Clézio . Il faut agir sur l’humain . » Cette fondation a une liste de huit projets. La première action a été de recueillir l’adhésion de trois librairies – les Editions le Printemps, Book & Business et Bookcourt – qui ont accepté de faire des dons de livres, dont un dictionnaire. Et le Prix Nobel de se rappeler qu’à sa naissance, « pendant la guerre, nous n’avions pas de livres.

On lisait le dictionnaire comme un roman, c’était une initiation à la culture, à l’histoire, un très bon départ de lecture » . La présence de l’auteur chez nous a aussi coïncidé avec le lancement du hors- série du magazine des livres Italiques .

A. G.- H


L’Express – 10.11.2009

J. M. G.Le Clézio vient soutenir l’interculturel

Le Nobel est de retour dans sa « petite patrie » , l’un des « endroits qu’il préfère au monde » . Jean Marie Le Clézio est chez nous, depuis deux jours. Il est venu se ressourcer dans la « terre de mes ancêtres » , c e « pays qui m’a beaucoup nourri même si je n’y suis pas né » . C’est en ces termes qu’il décrivait notre île, il y a un an, quand il recevait le prix Nobel de littérature. L’écrivain qui a fait le déplacement chez nous pour de multiples raisons, présidera jeudi, au lancement de la Fondation pour l’interculturel et la paix. Un établissement créé avec le concours d’Issa Asgarally, linguiste. Une fondation qui a déjà une liste de huit projets, confie le linguiste.

« Nous allons démarrer avec quatre d’entre eux » , en glissant que l’un d’eux aura un volet pédagogique, en collaboration avec le Mauritius Institute of Education . Ainsi que l’intention d’organiser, « une grande conférence » . Une fondation basée à Maurice qui ambitionne de réaliser des actions internationales, ajoute Issa Asgarally.

L’interculturel est une idée que le Prix Nobel a à coeur. En 2005 déjà, il signait la préface de l’essai d’Issa Asgarally publié en 2005, L’interculturel ou la guerre . Il y soutenait que Maurice, « ce petit pays a véritablement tout connu, tout vécu, sauf une chose qu’il ne saurait envier aux grandes nations, la guerre. Le pacifisme à Maurice n’est pas une idée intellectuelle, ni un luxe de philosophe. Il est une absolue nécessité » . Attention, il s’agit de ne pas confondre l’interculturel avec le multiculturel.

Ce sont même des concepts opposés. Là où l’interculturel privilégie l’unité, le multiculturel, « compartimente les cultures et les individus » , dit Issa Asgarally.

Ce dernier profitera de la présence du Prix Nobel pour lancer, jeudi, un hors série : J. M. G Le Clézio, prix Nobel de littérature Hommages, témoignages, analyses . L’écrivain est aussi là, dans le Sud, « d’abord parce que c’est Maurice, mais aussi pour sa fille » , glisse Issa Asgarally. Alice Le Clézio étant dans l’île pour réaliser des reportages pour le magazine Geo .

Aline GROËME- HARMON